Ça fait longtemps que je voulais vous dire… MERCI POUR LE TWEET !

Tweet

Merci Monsieur Bideau. Depuis, je dors mieux. J’ai également compris
pourquoi je dormais mal, par la même occasion. Comme c’est précieux. Si vous saviez comme je vous envie par moment. Quel joli boulot ! Tout beau, tout gentil. Tweeter que tout va bien, envoyer la carte postale de la Suisse avec un timbre Henry Dunant – svp – et la journée est finie. Ça sent le champagne jusqu’ici. C’est beau, mes yeux brillent. Je vais me battre pour ma « coupe » et faire « santé » aussi. Trop longtemps que ça ne s’est pas passé. J’imagine bien que vos défis sont multiples, mais au moins, pour les banques suisses à l’étranger, c’est réglé.

Ça fait trente ans, je rentrais dans une banque pour débuter un
apprentissage… Je me souviens d’une phrase de banquiers ultra-fiers : « quand les banques vont, tout va ». Quand on est dedans, on y croit. Depuis l’extérieur, on se dit, c’est la journée mondiale « des conneries », allez-y, tout est permis !

Auteure, j’écris des poèmes, des articles, des nouvelles. Je suis pour un
monde qui prend le départ vers une dimension plus humaniste. Ne plus craindre cette grandeur de l’être humain qui permet sciemment de choisir les actions qui font « le plus de bien et le moins de mal possible ». Un départ qui se prend chaque jour. Ce monde je l’ai appelé Loup Chocolat. Jolie métaphore qui encourage la grandeur des êtres humains ensemble. (Peut-être bien que les banques devraient jeter un coup d’œil à ce concept, à ce grand jeu de société, elles en font partie et ont bel et bien un rôle à jouer. A disposition pour tout intérêt. Je fais ce passage avec plaisir) 

Les coins de la carte postale suisse sont estompés. C’est tendance ? Je
ne sais pas. Ce sont des personnes parterre dans les coins. Mais que
font-elles ? S’amusent-elles ? Ou sont-elles juste tranquilles ? Trop
tranquilles ? Allez, passons l’éponge. La réponse importe peu l’image de
la Suisse. Aucun impact, tout ça reste hors compteur. Alors, cachons,
simplement, c’est si facile.  Mais quelle est  l’allure de leur image dans le fond ? Existe-t-il un sondage peut nous l’expliquer ? Qui mesure l’allure des personnes à terre à l’intérieur de nos murs ? Personnellement. c’est bien leur image qui me touche.

Allô les voisins,
Bonjour la France,
Guten Tag Deutschland,

Avant tout, je vous aime beaucoup. Mais que faites-vous ?  Qu’est-ce que
vous ne comprenez pas ? Was haben-Sie nicht verstehen ?  Il n’y
a pas que le foot dans la Vie ! Arrêter de taper dans ce ballon sans
arrêt. Vous êtes les champions, nous le savons, c’est bon, mais pas de tout…
 Il y a les banques, aussi. Faut prendre soin des banques comme vous
aimeriez qu’elles prennent soin de vous. Ne l’oubliez pas.

C’est écrit, sur ce coup-là, nous sommes meilleurs. L’arbitre a sifflé. Venez,
venez, nous avons la leçon qu’il vous faut, taillée sur mesure bien entendu. Nous avons ouvert quelques places de stages. Venez apprendre comment embellir la carte postale. Estomper les coins, créer la tranquillité… Ce n’est qu’une question de « coups-coups » de la société, l’air de rien. Rien de si compliqué. Allez, venez.

Ha voilà ! Je vois maintenant Monsieur Bideau, ces gens parterre discutent sans faire de bruit, comme on leur a appris. Ce sont des gens adorables,
formidables. Certains sont là depuis longtemps. Ils cherchent, dans leur tête, dans leur cœur, quelle a été l’erreur de leur Vie ? Pourquoi c’est si dur
aujourd’hui ? Ils aimeraient « s’exprimer », alors ils lèvent la main,
pour tenter d’occuper une place sur la carte postale, malgré tout. Même en réglant l’appareil sur la fonction panorama, ces gens-là restent flous.

Alors ils se disent : « de quelle couleur est notre gilet ? »
La complexité est de taille, il faut en trouver vingt-six… qu’est-ce qu’on s’amuse à chaque fois. Chacun pourra faire opposition à la couleur de l’autre dans un délai de dix ans en trouvant trois signatures… J’exagère, juste un peu. C’est un vrai jeu de société, attention à ne pas perdre le dé, il ne sera pas remplacé. Le cas échéant, vous serez poussés à tricher, il ne restera qu’à vous condamner. Et le tour est joué. Suivant… La partie se déroule vite parfois.

Et pourtant, l’envie est si grande pour toutes ces personnes d’être au moins
une fois au centre de la carte postale. C’est trop demandé. Alors Société, au
prochain coup d’envoi, pliez carrément les coins, je suis prête à me tordre
davantage et passer pour une timbrée, s’il le faut, pour être du côté de Monsieur Henry Dunant. C’est avec lui que j’aimerais bavarder.

Attendez, attendez… Que se passent-ils ? Les couleurs des gilets sont annoncées, on dirait. Les gens partent, se mettent dans le jeu, ils en veulent…

OH NON !!! Dommage !  Il est trop tard, il n’y a plus de
giratoire. Toutes les voitures volent à présent. Eh mince ! Encore une
fois, à côté du but… Et dire qu’on y était presque!?

Allez, allez … le meilleur s’extrait du pire. Quelques personnes restent sur
le terrain. C’est plutôt bon ça.  Comment a-t-il tenu Henry Dunant ?

Allô les voisins,
Nous en avons quelques-uns qui rêvent encore, ils sont originaux, ils ont du
talent. Bref, ils promettent de courir vite et de tout faire pour marquer ce
but. Eh oui, lorsqu’il s’agit de mettre la balle dans le but, c’est vous qui
donnez la leçon, c’est vrai 🙂 Vous reste-t-il quelques places ? A l’avant, à
l’arrière, vous décidez, nous, on s’adapte… très bien.

 

Une journée parfaite pour…

#grevedesfemmes #egalitedeschances #outsider

Nous faisons face à toute sorte de réflexions qui tentent de nous diminuer, de nous rabaisser et de nous dévaloriser. Nous avons en nous tout ce qu’il faut pour rester debout et avancer sans crainte et donner ce que personne d’autre ne pourrait donner.

« Chaque porte fermée augmente les chances de frapper à la bonne la fois suivante », ainsi j’utilise tout rejet ou refus comme un grand et beau encouragement afin de me dédier à ce pourquoi je me suis née, selon mes convictions et aspirations. Ça sert ma détermination et c’est avec elle que je poursuis. MERCI!

Une femme, une force

Il a semé LE BIEN dans l’infini et nous permet d’en extraire jour après jour force et courage pour poursuivre le chemin vers une meilleure humanité.

Nous avons tous des personnes qui nous ont influencés positivement par le biais de leurs idées, leurs travaux, leurs origines, leur attitude, leurs valeurs, leur histoire, leur combat. Dans cet article, j’aimerais remercier un Grand Homme dont je ne me lasse jamais de (re)découvrir toujours plus son histoire.  Il est la fierté et la beauté de la Sicile et des siciliens. Un exemple pour la planète.

Il y a quelques jours, Giovanni Falcone a été commémoré. Après 27 ans, il reste un héro, avec son collègue et ami d’enfance Paolo Borsellino et tous les membres de cette équipe EXTRAORDINAIRE, qui continue de nous servir force et courage à travers l’exemple qu’elle a été.

« Rendre Palerme aux gens honnêtes » voilà le rêve que Giovanni Falcone poursuivait, un droit qu’il revendiquait, coûte que coûte. Il était manifestement sur la bonne route – sauf ce 23 mai 1992 – où la barbarie du crime organisé a atteint un sommet pitoyable avec un attentat employant 500kg d’explosifs destinés à éliminer ce grand magistrat, si gênant. Un magistrat humilié, isolé, écrasé même par ceux censés aller dans son sens. Un magistrat « envié » malgré sa vie qui n’en était plus une, car nul homme ne pouvait égaler sa lucidité, son intelligence et son courage. Il a réussi à mettre de la lumière là où la « pire version de l’être humain sur terre » tenait à l’obscurité. Il a instruit le plus grand procès de tous les temps avec 457 accusés. Il savait que la clé était dans la reconstitution des liens, comprendre les liens. Maître de son art, il y parvenait avec brillance. Il a œuvré avec une capacité hors norme, une capacité qui a bouleversé – bien au-delà de l’Italie – les organisations mafieuses.

Ses grandes idées restent et ne pourront jamais mourir. De plus en plus de personnes le savent et choisissent de suivre cette voix-là. Ça, c’est la vraie arme contre tous les abus de pouvoir.

Giovanni Falcone est pour moi – et pour des millions de personnes – une source d’inspiration inépuisable. Si l’être humain est capable de tels accomplissements alors le meilleur de nous est encore possible. Faire vivre le meilleur de nous est une décision à prendre.

Le plus beau dans cet histoire est qu’aujourd’hui des jeunes – alors, même pas nés – sont les premiers à être fiers de ces deux héros et décident de suivre leur travail. Les deux collègues et amis ont réveillé de façon définitive « le bien » chez l’être humain et avec ça, l’espoir. L’espoir de donner comme alternatives aux nouvelles générations la possibilité d’utiliser le meilleur de leur force pour combattre et éliminer les injustices et inégalités.

Giovanni Falcone, 500kg d’explosifs t’ont éteint, mais tes idées continuent de nous éclairer. MERCI ! GRAZIE GRANDISSIMO GIUDICE !

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :